:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

 A tous ceux qui m'aimeront toujours...

Après avoir attendu patiemment pendant plus d'un an

Je voudrais vous dire que j'ai très peur en ce moment

J'ai espéré être sauvé des chalumeaux de mes geôliers

Mais maintenant je sais ma dernière heure arrivée

 

J'ai essayé d'être courageux face à cette plage hostile

Mais ma coque me fait si mal sur ce banc de sable fragile

Je regarde tous les jours mes compagnons d'infortune

S'en aller un par un découpés sans chance aucune

 

J'étais l'enfant chéri des chantiers de l'Atlantique

Ma silhouette était élégante et mes cheminées uniques

Je remercie mes parents de m'avoir fait si beau

Et je m'excuse pour ceux que je vais peiner bientôt

 

Je resterai quand même fier d'avoir été l'empereur des mers

J'ai bravé bien des océans jusqu'aux nombreux débarcadères

J'ai porté par tous les temps des passagers et des amants

Et je garderai la nostalgie de l'excitation des embarquements

 

Je me souviendrai toujours du port du Havre en fête

Où des milliers de gens criaient mon nom à tue-tête

France revient disaient-ils, je les faisais rêver

Il y en a même parfois qui se mettaient à pleurer

 

Je vais entrer dans le brouillard ma corne de brume en berne

Et vous quitter à jamais abandonné comme une vieille baderne

Je vais partir vers mon destin sans espoir de faire demi-tour

Mais sachez que mon âme voguera auprès de vous pour toujours.

Paquebot France/Norway (Windrose) 28 janvier 2008

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

LA CORRIDA DU FRANCE
::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

 

Depuis le temps que je patiente sur ce banc de sable noir

J'entends qu'on s'amuse et qu'on chante sur mon désespoir

Ils se sont approchés de moi comme le font tous les vautours

J'ai vu les pics, les chalumeaux et les gens autour.

 

Dans les premiers moments j'ai cru que j'allais pouvoir me défendre

Mais cet endroit est sans issue je commence à comprendre

Ils m'ont échoué sur cette plage, ils ont eu peur que je recule

Je vais bien finir par les avoir ces ferrailleurs sans scrupules.

 

Est-ce que ce monde est sérieux ?

 

Oh Normandie je me souviens de mes départs du port du Havre

La foule amassée sur les quais m'applaudissait et même pleurait

Je vais les attraper tous ces pantins, les faire tourner comme un soleil

Ce soir la mer dans son linceul dormira sur ses deux oreilles.

 

Est-ce que ce monde est sérieux ?

 

J'en ai subi des avanies et maintenant ils m'assassinent,

Ils ont fait plein de trous dans ma coque pour que je décline

Ils sortent d'où ces acrobates avec leurs costumes de chantier ?

J'ai jamais appris à me battre contre des ouvriers.

 

Sentir les vagues sous ma coque c'est fou comme ça peut faire du bien

J'ai prié pour que tout s'arrête, Oh Normandie je me souviens

Je les entends rire comme je craque, je les vois danser comme je succombe

Je pensais pas qu'on puisse autant s'amuser autour d'une tombe.

 

Est-ce que ce monde est sérieux ?

 

(Adaptation d'une chanson de Francis Cabrel) - Paquebot France/Norway (Windrose) 24 mars 2008

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

PRECEDENTE