J'ai réalisé un vieux rêve en 1999, en invitant ma mère sur ce magnifique paquebot.

   C'est scandaleux et honteux de penser à ce qui arrive aujourd'hui au FRANCE. Son pays d'origine l'a lâchement abandonné. A l'heure où les politiques se battent et dilapident l'argent, ne pourrait-on penser à celui qui a fait la gloire de notre pays et sa réputation à travers le monde pendant plusieurs décennies ?

   Je ne peux accepter une mort lente pour ce bateau. Espérons qu'il puisse revenir dans son pays d'origine et avoir une fin honorable.

   Pascale AVET - 59 - TOURCOING - 19 Avril 2007

   COMME CHAUDRONNIER JE PLEURE - OHQ ET MECANICIEN GENERAL AYANT NAVIGUE

   Daniel decarpentrie - 27 mars 2007

   IL N Y A PLUS DE TEMPS POUR NOUS, IL N Y A PLUS DE PLACE POUR NOUS...

   Il n 'y a plus de temps pour eux, plus de place pour eux non plus. Le monde a changer, c' est certain.

   Le France, le United States, et tous les grands paquebots de l' époque représentaient un savoir-faire, un savoir-vivre, un art d' exister. C' était le temps des grands paquebots... Le France, sa majesté, c' était le savoir faire de tout un peuple. C' est toute la France qui a travaillé pour France. Des tôles d' acier aux hélices, des oeuvres d' art aux porcelaines, France c' était la France. 315 mètres qui regroupaient ce que nous avons fait de mieux en matière d' architecture navale, de navigation, de cuisine, de savoir-vivre une fois de plus. C' était le temps où l' on prenait le temps.  Le temps des grands  paquebots. France, c' était, c' est encore, ce sera toujours une oeuvre d'art. Une silhouette destinée à passer à la postérité, d' une élégance rare, intemporelle, avec sa robe noire et blanche, ses cheminées mythiques. Ses 160000 chevaux ont ils manqué, une fois, de défier l' océan? Entre traversées transatlantiques, croisières, qu' aura t'il manqué a ce paquebot pour être élevé au rang de monument historique avant l'heure? Rien, sauf un peu, beaucoup même, de reconnaissance de la part des hommes. France, c' était aussi une aventure humaine, des dessinateurs, des ingénieurs, des types fabuleux qui l' ont construit, aux équipages en mer, au sol, qui ont fait vivre la légende d' une pièce rare dans l' histoire maritime. Une oeuvre intemporelle. Le United States lui, pourri tranquillement loin de son ancien rival, attendant un destin  qui ne sera sûrement guère plus brillant que celui de son adversaire d' antan. La hache de guerre est enterrée, depuis si longtemps... il est si loin le temps où les machines de ce navire fonctionnait à plein régime. Celles de notre France beaucoup moins. Mais qu' Importe, ces navires ont su traverser le temps, preuve que leur conception était à l' image de toute époque qui n' est vivante dans ma mémoire que grâce à leur existence et leur présence. C 'était le temps où l' on construisait pour durer. Mais où en est on arrivé? A l' apogée des navires en plastique, remplis d' équipages bon marché, de touristes aux quels l' on vide les poches sans avoir le respect du produit et du savoir faire que l' on leur vend. Mais à quoi ressemble ces bateaux? A rien, je crois. Certains disent à des immeubles, sans vouloir être péjoratif, moi je dirais à des tours. Où sont les coques somptueuses de nos anciens. Où est le savoir-faire, la rigueur de construction de ces navires. Le monde allait moins vite, et les gens aimaient ça. Je les comprends. Les paquebots d' hier, eux, étaient paradoxalement plus puissants, plus rapides. France de 1962, donnerait certainement des leçons en matière de vitesses, de qualités de navigation de qualité de construction à tous ces paquebots de croisières modernes. Pas en matière de rentabilité... il n' y avait décidément plus le temps pour eux, semble t' il. Pourtant Norway a montré, démontré, que France était une réussite, et que, contrairement aux propos des politiques des années 70, le projet de construire un tel édifice avait un sens. La fin de France semble plus proche que jamais. Pourtant, même là-bas, je le trouve aussi beau qu' au premier jour. Il ressemble à ces vieux artistes oubliés, qui ont rayonné de mille feux. Le vieux transatlantique semble attendre son heure, son sort, avec courage, laissant derrière lui une foule de souvenirs, plus encore de regards, d' admiration profonde, de passion, telle celle que j' éprouve a cet instant. Je veux rendre hommage à ce navire, à ce transatlantique dont l' histoire ressemble à un roman. Il n y aura pas d' oubli pour moi. Mais le monde ne sait pas ce qu' il perd en détruisant son patrimoine maritime. Qu' aurons nous à faire voir à nos plus jeunes à part la débilité des émissions de télé préfabriquées, et de la nourriture "fast-food" que l' on nous montre comme exemple, comme la normalité d' une époque sombre.  Où est le charme? France, c'est un peu comme un mannequin des années soixante. Le charme en plus de la beauté. A l' époque du superficiel, du retour à la haine de l' autre, de l' individualisme absolu, je regrette déjà une époque que je n' ai pas connu, celle d' un paquebot de légende, celle du France. France, United States, Queen Anglais de l' ancienne génération, paquebots italiens, il n' y a plus de place pour vous. Il n' y a plus de temps pour vous, et je le comprends. Nous vivons une époque si pitoyable... Vous êtes simplement issus d' un autre temps, et au risque de me répéter, un temps où l' on avait l temps. Qu' importe les gens qui trouvent d' autres gens nostalgiques ou trop humains, je m' en moque. Paquebots de rêve, toi paquebot France/Norway, je vous pose cette question fondamentale... Qui veut vivre pour toujours?

   Mais vous, mes seigneurs...

   Monsieur Capricornone. - 24 février 2007

   J'ai connu, en 1954, comme jeune officier mécanicien les paquebots des Messageries Maritimes, l'Éridan, le Pierre Loti. Après le Service Militaire, j'ai opté pour l'aventure du Pétrole qui démarrait. Tout était à découvrir, tout était à faire, la conquête d'un nouvel Ouest commençait. C'était en 1957.

   Par contre, la France perdait ses colonies et de fait, ses lignes maritimes. Les équipages étaient jeunes, dynamiques, compétents. Jamais nous n'avons entendu parler de marée noire, de navires poubelles, de pavillon de complaisance. Les chantiers construisirent le " FRANCE", et aussi le "BATILLUS" de 500 000 tonnes.

   En l'an 2000, le FRANCE et le "BATILLUS" n'existent plus, notre période de conquête est bien terminée. Aujourd'hui, j'entend dire à la télévision, qu'il ne faut pas utiliser les pavillons de complaisance.

   Bien sûr, alors cherchez nos navires ? cherchez nos équipages ? Nous sommes condamnés aux pavillons de complaisance, notre classement maritime nous place au 28 ème rang, après les Philippines et les Pays-bas.

   Alors ma nostalgie me reprend un peu, et je partage avec vous, mes quelques souvenirs.

   Bien amicalement - C.B   Aix en Provence - 18 février 2007

   Bonjour

   Je n'ai qu'un mot à dire : MERCI !!!!! pour votre site ... Revoir les images du paquebot FRANCE est un plaisir pour moi. J'ai appris à marcher sur ce magnifique bateau, mon père était Chef de Rang des 1ère et 2ème classe et mon grand père y a travaillé en qualité de Bosco. Je suis d'une famille de marins puisque avant il y a eu Le Liberté et le Flandres.

   Quel prestigieux paquebot !!! La France et les hommes politiques préfèrent acheter des armes inutiles plutôt que de réhabiliter ce fabuleux paquebot. Je garderai d'excellents souvenirs dans ma mémoire de petite fille ou habillée comme une "princesse", j'allais accueillir mon père après un Tour du Monde.

   J'ai gardé tout ce que mon père m'avait enseigné sur la restauration et la J'ai gardé tout ce que mon père m'avait enseigné sur la restauration et la façon de servir à table ....

   Je regarde mon père de temps en temps sur les vieux films Super 8 qu'il a ramené de toutes les croisières auxquelles il est allé. Oui souvenirs, souvenirs ...

   Où est le France maintenant ? Que devient t-il ? Mystère et bien sûr ces chers hommes politiques se gardent bien d'en parler car c'est un sujet qui dérange.

   Pauvre FRANCE !!!

   Amicalement - Véronique LE QUEC - 13 Janvier 2007

   Ce paquebot a été trop aimé... Nous l'aimons toujours et nous l'aimerons encore... Il ne peut pas finir comme cela... je vous en conjure !!!  Faites ce que vous pouvez faire ...    Pour le reste , nous n'y pouvons rien... Mais avant, il faut encore lutter...    Ces "gens" hors-la-loi" nous n'y pouvons guère... Mais luttons, luttons encore... Pour ce que notre pays a fait de mieux au MONDE...

   Merlin ( de la lande) , 31 décembre 2006.

   Souvenirs  inoubliables à bord de ce prestigieux bateau merci pour le travail que vous effectué

 

   M. GOURDON LOIC . MARSEILLE. 24 Décembre 2006

   Bonjour à tous

   je suis dégoûté vraiment dégoûté de voir notre France échoué sur une plage vaseuse d'Alang  épié par les charognards des chantiers afin de le mettre à mort et ouvrir ses entrailles pleins de souvenirs et traversées jadis, quand je le vois échoué comme ça sur la plage on dirais un animal blessé  en attendant le coup de grâce d'un prédateur terrestre en visitant les extérieurs et intérieurs si calme à part les mouettes ou goélands salissant sa coque bleue par des fientes acides, et les larmes de rouilles suppliant de le laisser vivre éternellement en Europe, la en le voyant les fantômes des âmes ayant vécues ou traversées en croisières sont pressentes dans les salles d'un vide qui rendrais fou.

   Le dernier espoir d'un naufragé est d'être sauvé in extremis, notre enfant prodigue est un bouc émissaire des magouilles et profits de tous genres et c'est notre navire qui en paye le prix fort et la cet espoir si attendu serait une poignée de personnes qui le sauverait de cette mort si atroce, d'être découpé et décapité des bouchers des chantiers qui coupent les navires comme un rosbif

   Il faut savoir qu'un navire petit ou grand et de tout type a une âme et que c'est la mort lente et atroce qui l'attend on verra si nos sbires du gouvernement d'un ancien pilotin qui a navigué en 1951 aura l'ambition maritime qui a prétendu lors de sa campagne présidentielle à part dire de "manger des pommes".

   Je croyais nos hommes politiques si ils feraient l'effort et le geste pour notre patrimoine maritime de sauver notre paquebot, au lieu de dépenser l'argent du contribuable en faisant inutilement le tour de l'Afrique a l'ex clem qui a coûté 100 fois même plus le prix demandé a l'armateur de notre France, ou bien de construire un porte avions qui fera fiasco lors de ses essais en mer, et qui coûtera autant d'argent mais enfin un miracle pour la fin de l'année 2006 QUI SAIT

A bientôt chers amis et à notre France - Stéphane z.  (New York - le Havre) 18 Décembre 2006

 

SUITE 2006 ou Retour Livre d'or
 

Cliquez pour découvrir "NORWAY" ~~~~ VISITEZ LE PAQUEBOT NORWAY ~~~~ CLIQUEZ sur une des CHEMINEES ~~~~  Cliquez pour découvrir "NORWAY"